C’est le printemps, la question de l’amour resurgit

Un vendredi, fin du mois de mars.

Sortie scolaire avec ma classe …

Derrière moi, dans le rang, les élèves discutent, de tout, de rien, de leur quotidien.

Soudain, je dresse l’oreille, ça discute de l’amour.

Ils sont 4, à échanger sur les potins de la classe et de l’école. Puis ils s’intéressent à leurs propres cas.

Les débats sont animés, les passants croisés en sourient.

Et puis, la discussion s’arrête, sur ces quelques mots lapidaires, entre  deux garcons :

  • M : Et toi, tu es amoureux d’elle ?
  • D : Mais non, c’est pas possible !
  • M : Et pourquoi ?

Là, je tremble, me demandant quelle explication va être utilisée, en espérant que ça reste dans les limites de l’acceptable

  • D : Ben tu vois, c’est pas possible, elle se lave pas les dents le soir.

Bref, c’est le printemps, le retour du pollen sur les platanes de la cour et des histoires de garçons et de filles dans les bouches de nos élèves.